Lutz Lindemann
FUCHS PETROLUB AG, Mannheim
Membre du conseil d’administration et responsable des domaines technique, supply chain management et activités OEM internationales

«D’après moi, il faut continuer à promouvoir la mise en réseau des universités et du monde de l’économie»

«Les lubrifiants – l’activité principale de notre groupe international FUCHS PETROLUB – ont pour mission de séparer des partenaires de frottement (par ex. piston et cylindre), de minimiser l’usure, d’accroître l’efficacité et de veiller à la propreté des pièces mécaniques. Dans cette mission, l’une des choses les plus importantes est la configuration optimale du lubrifiant en fonction du tribosystème (par ex. piston et cylindre). Le lubrifiant moderne est devenu un élément essentiel dans la construction du système, et apporte une contribution importante à l’amélioration des performances des machines.  L’utilisation du lubrifiant adéquat apporte des avantages économiques et écologiques. Ainsi, non seulement les lubrifiants modernes constituent des avantages concrets pour les clients, mais ils contribuent aussi largement au développement durable et à une utilisation parcimonieuse des ressources.

Tout cela n’est possible que grâce à d’intenses activités de recherche et de développement dans un réseau interdisciplinaire au maillage serré. Dans ce contexte, je pense que les projets de recherche collaborative avec les universités et les centres de recherche apparentés jouent un rôle décisif. Nous entretenons des relations étroites avec l’Institut de tribologie (tribologie = étude du frottement) de l’université de Mannheim mais aussi, par exemple, avec l’Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle. Je pense qu’il faut continuer à promouvoir la mise en réseau des universités et du monde de l’économie. Nous avons besoin, par exemple, de davantage de forums, afin de permettre un échange encore plus intense entre les universités et le monde de l’économie. Les aides allouées à certains projets de développement ou encore l’attribution de bourses à des étudiants particulièrement brillants doivent reposer sur une base plus large. Enfin, je pense que l’économie devrait également saisir la possibilité d’agir comme un mentor, et accompagner les facultés et les étudiants, le tout bien sûr sans intervenir dans l’indépendance de la recherche et de l’enseignement. C’est de cette manière que nous devons soutenir la formation et, par là même, garantir la capacité d’innovation des entreprises à vocation technologique. C’est la base de notre bien-être social et le moteur des développements socioculturels nécessaires à notre société.»

Formation

1980 – 1988 : Études de chimie et doctorat obtenu à l’université Georg-August de Göttingen, puis collaborateur scientifique à l’Institut de chimie physique.

Expérience professionelle

1988 – 1995 : Mobil Oil AG, Hambourg
1995 – 1996 : Roland Berger & Partner; Stuttgart – Conseiller senior / chef de projet
1996 – 1998 : DEA Mineralöl AG, Hambourg - Product Management
1998 – 2008 : Membre de la direction du groupe FUCHS PETROLUB AG, responsable régional pour l’Allemagne, l’Europe de l’est (Russie incluse) et la Scandinavie, et président-directeur général de FUCHS EUROPE SCHMIERSTOFFE GmbH

:::>>>