Umbach12 Eberhard Umbach
KARLSRUHER INSTITUT FÜR TECHNOLOGIE KIT
Président


«Dans le domaine des nanotechnologies, justement, nous observons tout le bénéfice que tirent les petites et moyennes entreprises d’une forte dynamique d’innovation et d’un grand intérêt pour toutes les nouveautés que permet la recherche dans ce domaine»  

«Presque tous les développements importants qu’ont connus les domaines des sciences naturelles et de la technique et qui ont laissé leur empreinte sur notre économie, notre vie et nos connaissances - et qui marqueront aussi notre avenir - n’ont été possibles que grâce à la recherche fondamentale. Derrière presque tout ce qui contient de la technique et de l’innovation, se cache de la recherche fondamentale. Cependant, il y a 20 ou 30 ans à peine, il était encore difficile d’écarter l’affirmation selon laquelle le développement à partir des innovations issues de la recherche fondamentale devait se faire avant tout dans le monde de l’industrie, car les chercheurs ne se sentaient réellement bien que lorsqu’ils étaient enfermés dans leur tour d’ivoire.

Ainsi, autrefois, sur les quatre éléments que sont la recherche fondamentale, la recherche orientée vers les applications et les objectifs, le développement de produits et la production, les trois derniers – et parfois les quatre - étaient principalement réalisés par l’industrie. Malheureusement, au cours des vingt dernières années, de nombreuses entreprises industrielles se sont largement retirées de la recherche fondamentale, et en grande partie de la recherche appliquée. La raison en est que les dirigeants des grandes entreprises, qui sont soumis au regard scrutateur des services financiers et des actionnaires, considèrent la recherche et le développement orienté vers l’avenir comme un facteur de coûts, et l’on sait bien qu’il faut minimiser les coûts. Les chercheurs qui, contrairement à la croyance parfois encore bien ancrée, sont descendus de leur tour d’ivoire depuis fort longtemps, se retrouvent maintenant dans un paysage industriel pauvre en recherche, et tentent souvent vainement de trouver des partenaires industriels.

Les initiatives comme nanoValley.eu sont donc d’autant plus importantes. La vocation de cette initiative est de créer un lien entre l’économie et la science, et pour cela, de mettre en réseau des entreprises moyennes et nouvellement fondées. Justement, dans le domaine des nanotechnologies, nous observons tout le bénéfice que tirent les petites et moyennes entreprises d’une forte dynamique d’innovation et d’un grand intérêt pour toutes les nouveautés que permet la recherche dans ce domaine. Il s’agit donc, ici, de créer des ponts et de mettre en relation les partenaires de coopération adéquats. En outre, nous nous devons également de montrer au monde ce que nos centres de recherche et nos entreprises locales sont capables de faire ensemble.

De plus, aujourd’hui, ce ne sont plus les universités ou les centres de recherche individuels qui se font concurrence pour recruter les meilleurs talents et obtenir les meilleurs résultats de recherche – ou bien les entreprises qui se font concurrence pour offrir les meilleurs produits et acquérir la meilleure position sur le marché. Aujourd’hui, ce sont de plus en plus des régions technologiques entières qui s’affrontent sur l’échiquier mondial de la concurrence. Un des indicateurs de la performance d’une région technologique est l’étendue de son réseau constitué par l’économie et la science. L’une des missions principales de nanoValley.eu est, non seulement de créer et de développer ce réseau, mais aussi de le rendre visible sur le plan international, afin d’attirer des talents issus des deux domaines.»

Formation

1969-1980 : Études de physiques et doctorat obtenu à l’Université Technique de Munich.
1980-1981 : Séjour de recherche au Synchrotron Radiation Laboratory (SSRL) et au Lawrence Berkeley Laboratory
1986 : Habilitation à la faculté de physique, Université Technique de Munich

Expérience professionelle

1981-1986 : Akademischer Rat a.Z. (maître de conférence), Institut E 20, faculté de physique, Université Technique de Munich
1986-1987 : Akademischer Oberrat et chargé de cours faculté de physique, Université Technique de Munich
1987-1993 : Professeur C3, Institut de physique, Université de Stuttgart
1993-2007 : Professeur C4 et membre du conseil d’administration de l’Institut de Physique, Université de Würzburg
1994/95, 1998/99, 2002/03 : Président exécutif de l’Institut de Physique, Université de Würzburg
2006-2008 : Président de la Deutsche Physikalische Gesellschaft (société allemande de physique)
2007-2009 : Président du conseil d’administration du Forschungszentrum Karlsruhe GmbH (centre de recherches de Karlsruhe)
2007-aujourd’hui : Vice-président des Helmholtz-Gemeinschaft Deutscher Forschungszentren (société Helmholtz des centres de recherches allemands)
2009-aujourd’hui : Président du Karlsruhe Institute of Technology KIT

:::>>>