Bettina Schrick
TECHNOSTART GMBH, Ludwigsburg
Technology Analyst


»La commercialisation des résultats de la recherche varie largement selon que les scientifiques deviennent entrepreneurs ou non. On parle beaucoup de transfert de technologie de la science vers l’économie. Ici, nous devons mieux réussir à identifier des personnalités capables de prendre en charge le transfert de technologie en tant qu’entrepreneur. «

»De quels outils ai-je besoin, en tant que scientifique, pour devenir entrepreneur ? Est-il possible d’apprendre l’entrepreneuriat, et si oui, où ? Puis-je développer une idée commerciale à partir des résultats de mes recherches, et qui seraient mes clients ? Comment puis-je créer une entreprise et qui me soutient dans ce projet ? D’autres questions pourraient être ajoutées à cette liste. Au bout du compte, elle ressemble à une série d’obstacles à lever si l’on veut faire de ces scientifiques engagés qui travaillent auprès des universités et des centres de recherche les entrepreneurs de demain. Cependant, tout ne dépend pas uniquement du scientifique : spin-offs, transferts technologiques et esprit d’entreprise sont générés par l’interaction entre les scientifiques, les investisseurs, les centres de recherche, mais aussi les entreprises qui connaissent déjà la réussite et qui peuvent partager leur expérience et servir de modèle. En revanche, il n’est pas rare que tous ces acteurs visent des objectifs différents et ne parlent pas le même langage. Et parfois, il est possible de ressentir un manque d’honnêteté et de confiance. C’est justement au niveau de ces interfaces qu’il faut des facilitateurs, des intermédiaires qui font en sorte que les personnes impliquées échangent leurs idées et finissement par travailler ensemble.

En tant que docteur en chimie, j’ai effectué des recherches dans le domaine des nanotechnologies et suis à même de comprendre le langage et le mode de pensée des scientifiques. Dans le cadre de mon travail actuel, je discute avec les scientifiques des résultats de leurs recherches et des possibilités de commercialisation de ces résultats. Je travaille pour TechnoStart GmbH depuis 7 ans et me trouve au carrefour entre la recherche, la création de spin-offs, le financement et la création de start-ups à vocation technologique. TechnoStart existe depuis 20 ans et se concentre sur les premières étapes de la création d’entreprise. Nous travaillons donc avec de jeunes spin-offs à vocation technologique, leur apportons notre expertise en matière de financement et les accompagnons dans le développement de leur entreprise. Notre objectif est d’identifier les jeunes entrepreneurs à l’origine des idées les plus prometteuses et de travailler avec eux, le plus tôt possible, à la transformation adéquate de ces idées au sein d’une entreprise. Nous pouvons assurer la création et le développement des entreprises grâce à notre expertise, mais aussi à notre capital. Grâce à notre travail aux côtés des start-ups, nous savons, chez TechnoStart, que contrairement à la croyance répandue, on trouve parmi les scientifiques des personnes dotées d’incroyables facultés d’entreprendre. Cependant, les mécanismes et échelles de valeur en vigueur dans le monde académique compliquent souvent la mise en œuvre de ces facultés. Nous souhaitons motiver les scientifiques afin qu’ils considèrent la valorisation économique de leurs recherches comme un résultat aussi valorisant que la publication de leurs travaux dans les revues spécialisées. «

Formation

1994 – 1996 Bachelor en chimie, Rutgers–The State University of New Jersey USA
1997 – 2002 Ph.D. en chimie / science des matériaux, Pennsylvania State University USA
2002 – 2003 Post Doc en nanostructures, Ludwigs-Maximilians-Universität München

Activité professionnelle

1996 – 1997 Dragoco Gerberding & Co KG (aujourd’hui Symrise) : R&D chimie analytique
2003 – 2007 TechnoStart GmbH : analyste technologique
2008 – aujourd’hui TechnoStart GmbH : manager en investissement


::: >>>